Les rapports d'activités

:221 30 107 42 02 ou 221 30 118 10 21 - Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Messieurs les Membres du Comité des Sages,
Chers Aînés, Chers Amis, Chers Cadets,
Mesdames et Messieurs les membres de l’ASGO,
C’est un agréable devoir pour moi de vous rendre compte par rapport à la mission que vous avez bien voulu confier au bureau sortant que j’ai eu le privilège de coordonner depuis le 28 Avril 2012.
Après une longue période de léthargie et de dispersion des énergies, grâce à votre engagement et à votre détermination, au cours des 4 dernières années nous avons pu jeter les bases du renouveau de notre association qui vient de boucler ses 26 ans d’existence.
Au décours du 5ème Congrès Feu Mohamed Diawo BAH organisé en Avril 2010, sous l’impulsion des Sages, un Comité ad hoc avait été mis sur pied pour travailler à la refondation de notre association. Vous m’aviez fait l’honneur de me confier la coordination de ce comité ad hoc, c’est l’occasion de vous réitérer mes remerciements pour cette marque de confiance renouvelée. C’est ainsi que pendant 2 ans, de Mai 2010 à Avril 2012, de larges concertations ont été entamées avec toutes les composantes de notre association pour cerner tous les problèmes qui ont entravé la bonne marche de l’ASGO. Vous nous aviez ouvert vos portes et vous aviez été  généreux à travers les nombreuses suggestions que vous aviez faites pour nous aider à résoudre les problèmes identifiés.
A l’issue d’une vingtaine de réunions organisées sise au cabinet du Professeur Fadel Diadhiou au Point E et à l’Institut d’Hygiène Sociale, une proposition de sortie de crise a été élaborée. Celle-ci a ensuite été validée et plébiscitée par l’Assemblée Générale organisée le 28 Avril 2012.
A cette occasion, vous nous aviez encore renouvelé votre confiance en nous confiant la coordination du nouveau bureau élu pour 2 ans. Pour rappel, ce bureau était ainsi composé : Président Professeur Cheikh Tidiane CISSE, Vice-Présidente Docteur Fatou NDIAYE, Secrétaire Général Docteur Abdoulaye DIOP, Secrétaire Général  Adjoint Docteur Fatim TALL THIAM, Trésorier Général Docteur Mariétou THIAM, Trésorier Général Adjoint Docteur Serigne Modou Kane GUEYE, Coordonnateur du Comité Scientifique Professeur Philippe Marc MOREIRA, Coordonnateur du Comité des Sages  Docteur Aly NGOM, Coordonnateur du Comité d’Organisation Professeur Mamadou Lamine CISSE
Tout au long de ce mandat nous avons eu comme viatiques les 5 priorités suivantes : le développement de la confraternité entre nous, la défense de notre profession, le rayonnement de notre association au niveau national et international, la promotion de la santé maternelle et infantile, la formation continue de nos membres.
Permettez nous de vous faire l’économie des différentes actions que nous avons entreprises avec votre soutien dans ces  domaines.

Développement de la confraternité 
Nous avons essayé de multiplier les occasions de nous retrouver, notamment lors des EPU, des activités de santé publique et des moments récréatifs. Vous avez unanimement apprécié ces instants de convivialité qui ont certainement contribué à mieux nous apprécier les uns les autres et à raffermir nos rapports. C’est dans ce sens qu’il faut placer les visites de courtoisie que le bureau a rendu à plusieurs d’entre vous,  à diverses occasions.
Le Comité des Sages, dirigé par Dr Aly NGOM, a travaillé à nos côtés sans relâche pour résoudre les incompréhensions qui avaient été notées ici et là. Ces démarches ont permis de ramener dans notre famille beaucoup de collègues qui avaient choisi de se mettre en retrait de l’ASGO pour diverses raisons, le plus souvent à la suite de frustrations nées de la léthargie notée entre 2003 et 2010. Permettez-moi de remercier en votre nom, toutes les personnes composant le comité des sages, notamment son coordonnateur le Dr Aly NGOM qui a été particulièrement généreux en mettant beaucoup de temps, beaucoup d’effort et beaucoup d’argent au service de l’ASGO. On peut donner plusieurs exemples de cet engagement remarquable (1ère réunion bureau à son domicile, participation à toutes les réunions du bureau malgré parfois quelques problèmes de santé, participation aux consultations foraines en particulier celle de Diamniadio et de Bargny). C’est un exemple que les plus jeunes doivent méditer et suivre. Le Professeur Fadel DIADHIOU et le Docteur Manuel PINA ont été aussi disponibles et engagés à nos côtés, je les remercie aussi au nom du bureau pour leurs soutiens et leurs encouragements.
La question de la soutenance des mémoires de fin d’études par nos jeunes collègues DES a vicié par moment nos relations avec nos élèves et jeunes collègues ; elle était devenu problématique et risquait de virer au contentieux juridique. Après plusieurs rencontres avec les collègues concernés, nous avons trouvé une solution et l’ASGO s’était alors engagée à les soutenir et à les encadrer pour qu’ils puissent soutenir rapidement. Beaucoup d’entre eux ont soutenu, mais la liste n’est pas encore épongée. Nous allons continuer cette dynamique et demandons à nos jeunes collègues qui ont besoin d’assistance dans ce domaine de se rapprocher de nous.

Défense de la promotion
Le Comité ad hoc, puis le bureau élu en 2012 ont fait des démarches au près de l’ordre des médecins et des autorités sanitaires pour les sensibiliser sur les dérives observées dans l’exercice de la Gynécologie-Obstétrique par des personnels qui n’en avaient pas la qualification. Un audit avait été fait à cette occasion et les informations remises au Président de l’ordre des médecins. Cet audit avait relevé des dysfonctionnements par rapport à l’inscription de certaines personnes à l’ordre des médecins et un exercice illégal d’activités de soins normalement dévolues aux gynécologues-obstétriciens attitrés.
Malheureusement, la réponse des autorités n’a pas été à la hauteur de notre préoccupation et de notre attente. Le phénomène reste toujours problématique et prend aujourd’hui des tournures plus inquiétantes (accès non réglementé à beaucoup de cliniques, ouverture de salle d’accouchement dans des cabinets médicaux, usurpation de titre, non respect de la réglementation régissant les plaques professionnelles, sous-traitance des actes chirurgicaux par des médecins généralistes au niveau de certaines cliniques…)
Par conséquent, j’en appelle à votre vigilance et à votre détermination pour continuer ce combat qui au delà de la défense de notre profession est une obligation morale pour nous ; car nous devons protéger les populations. En effet, cette absence de régulation effective des pratiques professionnelles, notamment en Gynécologie-Obstétrique qui est considérée come un domaine lucratif, les laisser à la merci des usurpateurs, charlatans et autres marchands d’illusions.
Il faut certes y aller avec tact et éviter toute stigmatisation ; mais, nous devons dénoncer sans cesse et sans ambages toutes ces dérives.

Rayonnement de notre association
L’ASGO a souffert pendant longtemps de son absence de visibilité et d’une politique de communication relativement timide aussi bien entre ses membres qu’avec les autorités et les autres sociétés savantes. Pour pallier à ce déficit, nous avons crée en Octobre 2012 un site web dénommé ww.asgosenegal.org qui nous offre de nouvelles opportunités d’échanges et qui permet de mieux faire connaître l’ASGO. Je remercie notre webmaster Mr Leopold Diouf du SEPAM pour son appui.
Tout à l’heure, après le rapport financier de Dr Mariétou THIAM,  je vous propose de suivre une petite démonstration qu’il va faire sur les possibilités d’utilisation du site web. Vos suggestions lui permettront de mieux répondre à vos attentes.
Aujourd’hui, après une période de traversée du désert, grâce à l’engagement de chacun d’entre vous, notre association compte plus que jamais dans le gotha des sociétés scientifiques nationales et internationales.
Au niveau national, l’organisation de notre dernier congrès l’a bien illustré. En effet, les autorités n’ont pas hésité à inscrire notre manifestation dans l’agenda des conférences officielles de l’état du Sénégal et à nous apporter un soutien consistant et multiforme. Le Président de la République s’est engagé en personne et a instruit le gouvernement qui nous a remarquablement assistés. Je profite de cette occasion pour le remercier à nouveau et réitérer la disponibilité de l’ASGO à contribuer à l’amélioration de la santé des femmes et des enfants au Sénégal.
Il en est de même d’autres partenaires comme l’Ambassade de France au Sénégal, le bureau de l’OMS au Sénégal, l’USAID, la coopération japonaise, les laboratoires pharmaceutiques.
L’expertise de l’ASGO est de plus en plus sollicitée pour contribuer à l’animation d’ateliers organisés par le Ministère de la Santé ou les Partenaires au développement. Il ne se passe pas une semaine sans que l’ASGO ne soit conviée à une ou plusieurs réunions techniques. Nous avons du mal à répondre à toute cette sollicitation car la disponibilité des Collègues fait souvent défaut.
Il en est de même au niveau des médias où nos membres ont animé plusieurs émissions radiotélévisées qui ont été bien appréciées par les populations qui en redemandent.
 Cette meilleure visibilité nous donne l’opportunité de véhiculer des messages adéquats pour contribuer à l’amélioration des connaissances de la population en ce qui concerne la santé maternelle et infantile.
Le prochain bureau devrait élaborer un plan de communication bien structuré, pour que notre intervention ne se limite pas seulement à répondre à des invitations.
Au niveau international,
- l’ASGO a démontré sa vitalité dans le concert des associations nationales qui composent la SAGO. Et dire qu’il y a 3 ans la SAGO s’était préoccupé de la situation de l’ASGO et avait envoyé à Dakar une délégation de bons offices conduite par son Président, le Professeur Perrin. Ce dernier n’a pas manqué lors de son discours de clôture prononcée à l’occasion des 1ères journées franco-sénégalaises de Gynécologie-Obstétrique de féliciter l’ASGO pour le travail accompli en si peu de temps et pour la dynamique en cours. Le prochain congrès de la SAGO aura lieu à Conakry en Novembre 2014, l’ASGO doit  y être présente à travers une forte délégation ainsi que la présentation de plusieurs communications. Le prochain bureau devra coordonner et organiser cette participation.
- l’ASGO a consolidé sa présence au niveau de la FIGO (montrer certificat d’accréditation 2014). En prévision de  l’AG de la FIGO tenue à 2012 à Rome l’ASGO avait reçu une proposition de figurer parmi les membres du Comité Exécutif de la FIGO.
Après concertation avec les autres membres du bureau, nous avons décliné cette offre car nous n’avons pas les moyens de financer notre participation aux 3 réunions statutaires organisées chaque année par le bureau exécutif de la FIGO. J’espère que l’ASGO sera bien présente lors de la prochaine AG de la FIGO prévue à Vancouver au Canada du 4 au 9 Octobre 2015. La question de notre candidature au comité exécutif de la FIGO 2015-2018 reste à discuter.
- l’ASGO a été un membre fondateur en Octobre 2012 à Rome de la Fédération Africaine de Gynécologie-Obstétrique (démembrement africain de la FIGO), cette fédération regroupe les associations de Gynécologie-Obstétrique de tous les pays africains. Lors de la dernière AG de la FAGO tenue en Février 2014 à Khartoum, les pays membres présents ont demandé à l’ASGO de réfléchir sur la possibilité d’assurer la présidence de l’AFOG pour la période 2015-2017 et d’organiser un Congrès de l’AFOG à Dakar. Le prochain bureau devra réfléchir avec vous à ces propositions et y donner une suite.
- l’ASGO a reçu beaucoup de propositions de collaboration de la part de sociétés scientifiques prestigieuses comme le CNGOF, le RCOG, la CSOG, la ISOG…. Pour l’instant la collaboration avec le CNGOF est la seule matérialisée, le succès des 1ères journées ASGO-CNGOF va certainement contribuer à renforcer notre crédit au niveau international.
Loin de nous l’idée que nous devons nous contenter et nous glorifier de cette reconnaissance nationale et internationale, je pense que c’est plutôt une invite à plus d’initiatives et d’actions pour rester parmi le lot des sociétés scientifiques qui comptent, c’est un défi que le prochain bureau devra relever entre autres.

Promotion de la santé maternelle et infantile
Notre vision commune est de mettre notre expertise au service de nos populations. Je disais plus haut que notre mission est de contribuer, entre autres, à l’amélioration de la santé maternelle et infantile.
C’est dans ce sens qu’il faut inscrire les activités suivantes que nous avons menées :
- Organisation et ou participation à des consultations foraines (District centre de Dakar Octobre-Novembre 2012, Diamniadio en Février 2013 avec la prise en charge de 913 femmes que nous avons financée sur fonds propres, Patte d’Oie Juin 2013, Sedhiou Octobre 2013, Saint-Louis Janvier 2014, Linguère Mars 2014, Guediawaye Mai 2014…). Ces consultations ont permis aux populations d’accéder gratuitement à des prestations en rapport avec le dépistage du cancer du col de l’utérus et du sein, l’échographie, le dépistage des grossesses à risque, la contraception…
- Organisation d’une randonnée pédestre à Dakar, avec la participation de près de 1 000 personnes pour sensibiliser les populations sur les bénéfices de la contraception et de la pratique sportive, nous avons également financé cette activité sur fond propre.
Nous avions planifié d’autres activités de soins au bénéfice des populations, celles-ci n’ont pas encore été matérialisées car la collaboration avec les responsables des districts sanitaires n’est pas toujours facile.
En accord avec le ministère de l’éducation nationale, l’ASGO doit organiser des conférences dans tous les lycées du Sénégal pour sensibiliser les jeunes filles sur la prévention du cancer du col de l’utérus, cette activité initialement prévue en mai 2014 devra être reprogrammée à la rentrée prochaine.
Globalement, il faudra repenser ces actions de santé publique et chercher à contourner tous les écueils qui se dressent devant nous pour apporter une contribution plus significative à l’amélioration de la santé maternelle et infantile.

Formation continue de nos membres
Entre Mai 2012 et Mai 2014, grâce aussi à votre engagement et au soutien de nos fidèles partenaires nous avons tenu 12 EPU (11 à Dakar et 1 à Thiès). Pour le choix des thèmes, nous nous sommes appuyés sur les résultats d’une enquête faite au près de nos membres par l’intermédiaire d’un questionnaire envoyé par internet. Ces EPU ont porté sur les thèmes suivants : infections génitales, la prise en charge de l’anémie en Gynécologie-Obstétrique, le dépistage et la prévention du cancer du col utérin, infections du post-partum, prévention de la transmission mère-enfant du VIH, Contraception, infertilité, prééclampsie. Ils ont certainement contribué à la mise à niveau de nos membres, d’autres collègues médecins et de nombreuses sages-femmes qui y ont participé.
Le prochain bureau devra mettre à profit la période des vacances qui s’annonce pour établir un programme d’EPU plus ambitieux pour la période 2014-2015. Car, il s’agit d’un volet essentiel pour maintenir l’animation scientifique de notre association entre les congrès.

Nous avons tenu 2 congrès scientifiques :
Le 6ème Congrès qui s’est déroulé du 3 au Juillet 2013 à l’UCADII  a porté le nom d’un des plus illustres Gynécologues-Obstétriciens sénégalais « Feu Docteur Papa Massal DIOP ». Au cours de sa brillante carrière, ce Doyen Emérite a grandement contribué à la formation des générations actuelles et s’est fait apprécié de tous grâce à ses remarquables qualités humaines et professionnelles reconnues unanimement.
C’était un modèle de compétence, de générosité, de dévouement pour la formation des jeunes et pour la prise en charge des patientes. L’hommage qui lui a été rendu en présence de sa famille a eu une vertu pédagogique, surtout en direction de nos jeunes collègues qui embrassent la profession.
Ce Congrès a été l’occasion de rendre hommage à un de nos aînés qui a donné de son temps et de sa personne aux populations et à la profession ; je veux parler du Docteur Mahmoud AIDIBE  qui a été choisi pour présider ce Congrès.
Le 7ème Congrès, qui vient de se tenir du 21 au 24 Mai 2014 au King Fahd Palace, il a été aux 1ère Journées Franco-Sénégalaises de Gynécologie-Obstétrique qui sont le fruit d’un partenariat étroit que l’ASGO entretien avec le CNGOF. Cette manifestation marque une plus grande ouverture au monde de l’ASGO.
Ce fût, je le pense, des moments de confraternité, d’intenses émotions et de fructueux échanges scientifiques. Ce fût une belle opportunité de mise à niveau pour nos membres, certains collègues des autres spécialités, les DES et les sages-femmes. Nous avons accueilli à cette occasion 357 participants en provenance de 10 pays. A cette occasion aussi nous avons honoré les 2 co-présidents en la personne du Professeur Fadel DIADHIOU et du Professeur Bernard HEDON ainsi que d’autres membres et personnalités qui ont mérité de l’ASGO.

Toujours dans le domaine de la formation continue, l’ASGO a également mis à contribution son expertise pour assurer, en collaboration avec le Ministère de la santé, l’USAID et Intrahealth, la formation continue en 3 sessions des femmes médecins.
Voilà Mesdames en Messieurs l’économie, certainement imparfaite, des activités que nous avons menées en votre nom et avec vous au cours de ces 2 années écoulées. Nous avons peut-être été maladroit par moment dans notre façon de faire, nous avons peut-être heurté certains d’entre-vous, nous avons peut-être pris des décisions inadaptées, le bureau sollicite votre indulgence et vous demande de mettre tout cela sur le compte de l’imperfection humaine. Car, il ne fait aucun doute que nous avons une parfaite considération pour chacun d’entre vous, j’espère que cela ne se démentira pas s’il plaît à DIEU quelles que soient les circonstances.
Ce bilan que nous venons de vous présenter est certainement insuffisant au regard de vos attentes, notre volonté était pourtant de faire mieux. Nous espérons avoir contribué modestement à la construction de notre maison commune qu’est l’ASGO.
Il ne serait pas honnête de notre part de ne pas vous dire que par moment nous avons été habité par le doute et la solitude devant la faible mobilisation de nos membres lors des différentes activités organisées, le faible taux de réponses par rapport aux messages qui ont été envoyés aux membres pour recueillir leur avis par rapport à des décisions importantes à prendre, le très faible nombre de membres à jour de leurs cotisations y compris parmi les membres du bureau. Nous ne disons pas cela en guise de complainte, mais pour appeler à plus d’engagement de votre part. C’est à ce prix seulement que nous pourrons consolider les acquis et concrétiser notre ambition pour l’ASGO.
Perspectives
Je m’en vais à présent écourter mon intervention en abordant quelques perspectives et recommandations tirées de cette modeste expérience.
Le prochain bureau devra :
- Inventer de nouvelles stratégies pour mobiliser davantage nos membres, surtout les plus jeunes, pour une meilleure concrétisation de notre ambition pour l’ASGO,
- Introduire quelques réformes sur le statut et le règlement intérieur pour avoir plus d’efficacité et de continuité dans l’action (introduction du président elect à l’instar de la FIGO),
- Poursuivre la décentralisation de nos activités de formation continue dans les différentes régions du pays
- Poursuivre le développement institutionnel de l’ASGO et chercher à acquérir un vrai siège, propriété de l’ASGO,
- Diversifier et mieux rentabiliser les sources de revenu,
- Développer les activités de recherche opérationnelle et les actions de santé publique,
- Préparer dès à présent le 8ème Congrès de Mai 2015 et les 2èmes Journées franco-sénégalaises couplées au 9ème Congrès en Mai 2016.
Ces quelques pistes de réflexions pourraient servir au prochain bureau dans l’élaboration de son plan d’action 2014-2016.
Nous vous remercions à nouveau pour votre confiance et pour votre aimable attention.

Le Président de l’ASGO
Professeur Cheikh A Tidiane CISSE
 

S5 Box

Login

Register